Le parc des calanques lutte contre la surfréquentation

Actu Le parc des calanques lutte contre la surfréquentation

Les Calanques, victimes du tourisme de masse

En 2012, on enregistrait un million de visiteurs par an au sein du parc national des Calanques. En 2020, c’est trois millions de visiteurs qui ont emprunté les petits chemins escarpés du massif. En moins de dix ans, la fréquentation a triplé ! Et ce tourisme de masse n’est pas sans conséquence pour la biodiversité du site !

La surfréquentation du parc a des conséquences désastreuses. Les gens marchent et s’installent sur un terrain de plus en plus large. Certains promeneurs ne respectent pas le balisage apposé pour signaler les sentiers autorisés et font du hors-piste. Le terrain du massif est mis à rude épreuve et cela risque entre autres de provoquer un déchaussement des pins. Le bruit émis par les hordes de touristes perturbe les espèces vivant au sein du massif. Les bateaux posent aussi problème. Leurs ancres abiment la posidonie, une herbe qui tapisse les fonds de la Méditerranée et qui constitue un habitat naturel pour de nombreuses espèces de poissons.

Face à ce constat alarmant, le parc tente de réagir. Entre stratégies de démarketing et nouvelles réglementations, l’objectif premier du parc est aujourd’hui de restreindre le nombre de personnes dans le parc !

La stratégie de démarketing des calanques

Fini les photos de plage de sable fin à l’eau turquoise et au ciel bleu azur ! Sur le site du parc, les photos type « carte postale » des calanques de Sormiou, En-Vau ou Morgiou ont laissé place à des clichés pour le moins surprenants : des plages bondées de touristes alignés en rang d’oignons sur leur serviette de bain ! Difficile de trouver plus rebutant comme photographies ! On pourrait croire à une erreur mais pourtant ces photos ont bel et bien été postées par l’équipe de communication du parc des Calanques.

Celles-ci s’accompagnent même de textes volontairement déplaisants : « l’eau des calanques est souvent froides »,  plages « surfréquentées en été », « le littoral des Calanques, souvent très escarpé, présente de réels dangers ».

Avec cette campagne de communication, l’objectif du parc n’est pas de dégoûter les touristes mais plutôt de leur faire prendre conscience de la réalité des choses. Ces messages peuvent paraître rebutants de premier abord, mais ce sont pourtant des choses essentielles à connaître avant de programmer une visite dans le parc des calanques ! Et il se trouve que beaucoup trop de touristes les ignorent encore. « À long terme, nous espérons voir la fréquentation se stabiliser puis descendre » explique Zacharie Bruyas, chargé de la communication du parc.

Réglementer les pratiques sportives

Dans les calanques, il n’y a pas que des touristes ou des promeneurs. De nombreuses activités sportives telles que l’escalade, le kayak ou encore le vélo sont pratiquées. Des activités qui elles aussi posent problème : dégradations du terrain, de la faune et de la flore, pollution sonore. Le parc d’administration des Calanques vient donc d’annoncer de nouvelles règles concernant la pratique de certains sports au sein des calanques.

Concernant le VTT, certaines pratiques comme le trial, le cross ou la descente d’éboulis sont désormais interdites. Les cyclistes ne pourront plus accéder aux calanques d’En-Vau, de Sugiton ou de Port-Pin. Certaines voies de défense des forêts contre l’incendie (DFCI) autrefois interdites aux cyclistes seront toutefois désormais accessibles pour leur permettre de traverser les calanques.

Des pistes cyclables et des parkings sont également prévus pour favoriser l’accès aux calanques par vélo au détriment de la voiture. À terme, Didier Réault, président du Parc National des Calanques souhaite interdire l’accès de la route des Goudes aux voitures en aménageant un sentier pédestre, des pistes cyclables et en augmentant la fréquence de passage des transports en commun.

Concernant les sports de pagaies types kayaks, avirons ou paddles, le parc installera prochainement des points d’amarrage au fond des calanques. Ainsi, les tirages à terre seront désormais interdits (il ne sera plus possible d’amener son bateau jusqu’aux criques). Un système d’autorisation préalable sera également mis en place auprès des sociétés de location de canoë. Cela permettra de limiter le nombre d’embarcations présentes dans le parc en même temps.

Auteur de l'article :
Emma Antosik
Copyright 2021 Tarpin bien
Attention ! Les commentaires ne sont pas forcément vus par les établissements et événements. Si vous souhaitez réserver ou acheter des billets, faite le directement via les liens proposés ci-dessus ou en contactant l'établissement. Les commentaires sont publics, par conséquent n'écrivez pas de coordonnées personnelles (téléphone, mail, adresse ...).

1 Commentaire

  1. Pinard

    Ne manquent plus que Disney-Sormiou et McDo-EnVau…

    Réponse

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières actus

Que faire à Marseille ce week-end ? (du 19 au 23 juin)
En savoir plus
Où sortir pour la fête de la musique 2024 à Marseille ?
En savoir plus
REUNION DE L'ACADEMIE INTERNATIONALE DU RAT A MARSEILLE : comment se débarrasser de ce nuisible ?
En savoir plus
Les plus beaux parcs de Marseille
En savoir plus
Que faire à Marseille ce week-end ? (du 12 au 16 juin)
En savoir plus
FUN RADIO LIVE LE 21 JUIN : TELECHARGEZ VOS INVITATIONS !
En savoir plus
Au Large Festival à la Citadelle de Marseille
En savoir plus
Les plus belles calanques de Marseille
En savoir plus