Ta balade du week-end : de la gare Saint-Charles aux Reformés

30 min
Difficulté :
+ Détails de l'itinéraire
Ta balade du week-end : de la gare Saint-Charles aux Reformés

Cette semaine, partez à la découverte du 1er arrondissement de Marseille. Apprenez l’histoire des monuments emblématiques de ce quartier comme la gare Saint-Charles ou l’église des Réformés et découvrez des lieux plus secrets tels que la statue de la Vierge dorée ou la place Alexandre Labadié !

La gare Saint-Charles

Notre balade commence sur le parvis de la gare Saint-Charles. La gare est construite au milieu du XIXe siècle. À l’époque, Marseille est en pleine révolution industrielle et il devient urgent de connecter la ville au réseau ferré. C’est l’ingénieur en chef Gustave Desplaces qui est chargé de sa construction. Nous lui devons également les Docks de Marseille. La construction du site prend place sur la butte Saint-Charles, à l’endroit où se trouvait jadis le plus grand cimetière de Marseille. Les tombes qui y étaient installées furent transportées au sein du cimetière Saint-Pierre.

La gare de Saint-Charles est inaugurée en 1848 et le chemin de fer entre en service cette même année. La première ligne en service est celle qui relie Paris, Lyon et Marseille. Toutefois, la construction de la gare ne s’achève entièrement que quelques années plus tard.

À l’époque, la gare ne bénéficie pas d’un accès direct au boulevard d’Athènes comme c’est le cas aujourd’hui. Les bâtiments du Petit Séminaire, construits sur le haut du boulevard forçaient les voyageurs à faire un détour pour se rendre à la gare.

Depuis le parvis de la gare, vous bénéficierez d’une vue imprenable sur Notre-Dame de la Garde et le centre-ville. Prenez le temps d’y faire une halte pendant un instant !

L’escalier monumental de la gare Saint-Charles

Depuis le parvis de la gare, descendez l’escalier. En 1911, la Ville organise un concours pour la construction d’un escalier qui rejoindra directement la gare depuis le boulevard d’Athènes (anciennement appelé boulevard du Nord). C’est l’architecte Eugène Sénès qui le remporte. La construction est toutefois interrompue à cause de la Première Guerre Mondiale et mettra du temps à reprendre à cause de certaines lenteurs du côté administratif. Finalement, l’inauguration a lieu le 24 avril 1927.

L’escalier monumental de la gare Saint-Charles est composé de 104 marches et de 7 paliers. Les plus grands sculpteurs marseillais de l’époque ont été engagés pour décorer l’escalier.

Au sommet de la butte, deux lions accompagnés d’un enfant chacun se font face. Ils ont été réalisés par Ary Bitter. Ils s’intitulent Le Soleil et la Mer pour celui de gauche, et Le Monde est à l’Énergie pour celui de droite.

Sur le palier intermédiaire, deux grands piliers viennent encadrer l’escalier. Sur chacun d’eux, la proue d’un bateau a été représentée, dominée par une figure féminine. Réalisées par Auguste Carli, ces deux sculptures ont pour titre Marseille colonie grecque à droite et Marseille porte de l’Orient à gauche.

Sur la rambarde, de chaque côté de l’esacalier, on retrouve des petites sculptures en bronze réalisées par Henri Raybaud et François Rudier représentant les divers produits de la Provence. À gauche : La Moisson, Les Fruits et La Pêche. A droite : Les vendanges, Les fleurs et La chasse.

Sur le premier palier, au bas de l’escalier, le sculpteur Louis Botinelly réalise deux sculptures représentant les deux destinations les plus populaires parmi les voyageurs qui empruntaient les paquebots des Messageries Maritimes : l’Asie et l’Afrique qui sont représentées par deux femmes allongées. On retrouve à droite Les colonies d’Asie et à gauche Les colonies d’Afrique.

L’escalier monumental de la gare Saint-Charles a souvent été comparé à l’escalier du Potemkine, situé à Odessa en Ukraine. Il est situé à côté de la mer et symbolise l’entrée officielle de la ville pour tous ceux qui arrivent à Odessa par la mer. Heureusement pour les voyageurs marseillais, notre escalier est beaucoup moins périlleux que celui d’Odessa qui comporte 192 marches et 9 paliers intermédiaires !

La statue de la vierge dorée

Au bas de l’escalier, remontez légèrement sur votre droite pour vous retrouver sur le boulevard Voltaire. Au bout d’une centaine de mètres, vous arriverez à l’angle de la rue des Héros et découvrirez la statue de la Vierge dorée.

À l’époque de sa construction, le pape Pie IX vient de promulguer le dôme de l’Immaculée Conception affirmant la conception « sans tache » de la Vierge Marie, c’est-à-dire exemptée du péché originel. À Marseille comme dans beaucoup d’autres villes, plusieurs statues à l’effigie de la Vierge sont érigées. Monseigneur Mazenod, évêque de Marseille commande deux monuments conçus pour marquer les esprits : La tour Sainte située à Sainte-Marthe et cette vierge dorée montée sur une colonne de marbre de Carrare.

Le choix de l’emplacement a fait l’objet de beaucoup de débats. L’évêque souhaitait la placer en haut de l’actuel cours Pierre Puget, à l’entrée du jardin Puget mais la municipalité n’était pas du même avis et propose la place Notre-Dame du Mont ou Notre-Dame de la Garde (à l’époque la Vierge dorée qui surplombe actuellement la basilique n’existe pas encore).

Finalement, l’évêque choisit un terrain qui appartenait à l’Eglise, à l’emplacement du futur escalier monumental de la gare. C’est Henry-Jacques Espérandieu qui réalise les plans de la statue qui est inaugurée le 8 décembre 1857. Haute de trois mètres, elle est en alliage de plomb doré à la feuille. La Vierge est représentée écrasant un serpent et tenant un lys à la main, le symbole de la pureté.

En 1922, lorsque la construction de l’escalier commence véritablement, la statue sera déplacée à son actuel emplacement. Mais elle a déjà perdu de sa splendeur depuis bien longtemps. En 1870, les travaux entrepris à Notre-Dame de la Garde sont terminés et la monumentale statue de la Vierge dorée qui domine à présent la basilique monopolise toute l’attention des fidèles.

La place Alexandre Labadié

Descendez maintenant la rue des Héros pour rejoindre la place Alexandre Labadié. Le nom de la place a beau porter un « é », les Marseillais ne le prononcent jamais pour une raison inconnue. Cette place a la particularité d’être en forme de rotonde. Elle a donné son nom à la rue de la Rotonde qui y débouche. C’est dans cette rue, au numéro 63 que naît la chanteuse Gaby Deslys en 1881. Cette chanteuse de music-hall a connu une réputation internationale.

La place Alexandre Labadié quant à elle tient son nom d’un politicien marseillais du milieu du XIXe siècle. Il fut pendant quelques semaines Préfet des Bouches du Rhône avant de quitter ses fonctions. Par la suite, il devient président du conseil général des Bouches du Rhône. À l’origine, la place était agrémentée de colonnes provenant de l’ancienne église Saint-Martin. Elles ont été retirées en 1977. Aujourd’hui, elle abrite un square entièrement fermé bordé de magnifiques chênes. Quelques manifestations culturelles sont parfois organisées à l’intérieur du square.

Le cours Joseph Thierry

Depuis la place Alexandre Labadié, continuez de descendre la rue des Héros pour déboucher sur le Cours Joseph Thierry. Anciennement appelé cours du Chapitre, c’est ce lieu qui a donné son nom au quartier dans lequel il se trouve : le Chapitre. Le cours a été aménagé sur le lieu d’un ancien chapitre de la Major. Dans la religion chrétienne, le terme chapitre désigne une assemblée pendant laquelle se réunissaient régulièrement les religieux afin de prendre des décisions. Le cours Joseph Thierry est aujourd’hui un lieu de passage où se croisent les différents moyens de transports en commun : le métro, le tramway et le réseau de bus. C’est aussi un lieu populaire grâce à ses nombreux cafés. Un marché s’y tient tous les matins du lundi au vendredi.

La fontaine des Danaïdes

En bas du cours Joseph Thierry, sur le cours Stalingrad, trône la fontaine des Danaïdes. Cette fontaine de style Art-Nouveau a été construite à partir de 1893 par le sculpteur Jean Hugues et inaugurée en 1907. Le groupe de sculptures de la fontaine évoque un mythe célèbre de la mythologie grecque. Les Danaïdes étaient les 50 filles du roi Danaos. Danaos avait un frère jumeau, Egyptos qui venait de s’emparer de l’Egypte. Celui-ci avait 50 fils et propose à Danaos d’unir ses fils aux Danaïdes afin d’éviter tous conflits de succession. Mais Danaos refuse et préfère fuir avec ses filles jusqu’à Argos, cité de laquelle il deviendra roi. Lorsque les fils d’Egyptos les retrouvent, Danaos accepte l’union mais ordonne à ses filles de tuer leurs cousins en qui il n’avait aucune confiance. À l’exception de l’ainée : Hypermnestre, les filles assassinèrent leurs maris le soir des noces.  Hypermnestre et son mari Lyncée se vengèrent en assassinant les Danaïdes et Danaos et régnèrent par la suite sur Argos. Les Danaïdes furent condamnées par les Juges des Morts à remplir éternellement un tonneau sans fond.

L’église Saint-Vincent de Paul

Dépassez la fontaine des Danaïdes pour vous rendre devant l’église. Elle est communément appelée église des Reformés par la plupart des Marseillais. Son surnom lui vient du fait qu’elle a été construite sur l’emplacement de l’ancienne chapelle des Augustins Reformés détruite pour laisser place à la nouvelle église. En réalité, l’église porte le nom de Saint-Vincent de Paul car se sont les fidèles de la paroisse Saint-Vincent de Paul qui ont financé les trois millions de francs nécessaires à la construction d’une nouvelle église.

La construction de l’église commence en 1855 sur les plans de l’architecte François Reybaud. Mais en 1862, l’architecte se retire. L’abbé Joseph Pougnet refait alors les plans. La construction est ralentie à cause d’un manque de moyens et c’est pour cette raison que l’aide financière de la paroisse de Saint-Vincent de Paul a été demandée. L’église sera finalement inaugurée le 20 septembre 1886, soit plus de 30 ans après le début de sa construction !

L’église est bâtie dans un style néo-gothique très à la mode au XIXe siècle. Ce style s’inspire des grandes cathédrales gotiques qui ont été construites au XIIIe siècle. Les deux flèches de l’église culminent à 70 mètres de hauteur. Sur le parvis de l’église, une statue de Jeanne d’Arc accueille les fidèles à l’entrée. Elle est réalisée par Louis Botinelly.

Dans les années 1980, l’église a failli être détruite car elle n’était plus beaucoup fréquentée. Une association est alors créée pour défendre ce patrimoine religieux et empêcher sa destruction. L’église est classée Monuments Historiques en mars 2015.

Depuis septembre 2019, l’église est en travaux notamment pour restaurer ses façades noircies par la pollution. Les travaux se poursuivent encore aujourd’hui mais depuis quelques semaines les échafaudages du parvis ont laissés place à des clochers entièrement restaurés.


Les lieux par lesquels vous allez passer

Gare Saint-Charles

- Du 01 Janvier au 31 Décembre Lundi : de 04h30 à 01h05 Mardi : de 04h30 à 01h05 Mercredi : de 04h30 à 01h05 Jeudi : de 04h30 à 01h05 Vendredi : de 04h30 à 01h30 Samedi : de 04h30 à 01h05 Dimanche : de 04h30 à 01h05
La gare de Marseille-Saint-Charles est une gare ferroviaire française, la principale de l'agglomération de Marseille. Cette gare en cul-de-sac a été construite par l'ingénieur Gustave Desplaces sur le rebord d'un plateau proche du centre-ville, antérieurement occupé par des « campagnes » (propriétés rurales). Une première inauguration de bâtiments provisoires eut lieu le 8 janvier 1848 pour la Compagnie du chemin de fer d'Avignon à Marseille ; la gare « définitive ...
Adresse lieu : Square Narvik
13001 Marseille

Place Alexandre Labadie


Place Alexandre Labadie située dans le 1er arrondissement de Marseille.
Adresse lieu : Place Alexandre Labadie
13001 Marseille

Cours Joseph Thierry


Adresse lieu : Cours Joseph Thierry
13001 Marseille

L’église Saint-Vincent-de-Paul (des réformés)

Horaires d'Accueil - Du 01 Janvier au 31 Décembre Lundi : de 08h00 à 20h00 Mardi : de 08h00 à 20h00 Mercredi : de 08h00 à 20h00 Jeudi : de 08h00 à 20h00 Vendredi : de 08h00 à 20h00 Samedi : de 08h00 à 20h00 Dimanche : de 08h00 à 20h00 Horaires des messes - Du 01 Janvier au 31 Décembre Lundi : de 18h30 à 19h30 Mardi : de 12h20 à 13h20 et de 18h30 à 19h30 Mercredi : de 18h30 à 19h30 Jeudi : de 12h20 à 13h20 et de 18h30 à 19h30 Vendredi : de 18h30 à 19h30 Samedi : de 12h20 à 13h20 et de 18h30 à 19h30 Dimanche : de 09h00 à 10h00 et de 10h30 à 11h30
L'Eglise en quelques mots... Inratable avec sa grande et remarquable façade néogothique réalisée par l'architecte Reybaud, elle regorge d'histoires curieuses et typiques. En effet, bâtie à l'emplacement d'un couvent d'Augustins Réformés (une branche dérivée des Grands Augustins) d'où son appellation, c'est un site religieux historique dont la première pierre de l'ancienne chapelle du couvent, dédiée à Saint Nicolas de Tolentino, fut posée par le duc de Guise, gouverneur de la Provence, ...
Adresse lieu : 8 cours Franklin Roosevelt
13001 Marseille
Attention ! Les commentaires ne sont pas forcément vu par les établissements et événements. Si vous souhaitez réserver ou acheter des billets, faite le directement via les liens proposés ci-dessus ou en contactant l'établissement.

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *