Les œuvres Marseillaises de Pierre Puget, le « Michel-Ange » de la France !

Le 12 Oct 2022DécouverteHistoire Les œuvres Marseillaises de Pierre Puget, le « Michel-Ange » de la France !

Pierre Puget naissait à Marseille le 16 octobre 1620. Sculpteur, architecte et peintre incontournable du XVIIe siècle, il a travaillé pour les plus grands : le ministre Jean-Baptiste Colbert, le roi Louis XIV ou encore la Ville de Marseille. Son nom est aujourd’hui connu de tous les Marseillais notamment car c’est aussi celui d’une artère du 6e arrondissement et d’un jardin ! Son histoire ainsi que ses créations en revanche, sont peut-être moins connues ! Nous vous présentons tout ça !

Qui est Pierre Puget ?

Avant de parler de ses œuvres, il nous faut présenter Pierre Puget et comprendre pourquoi il est devenu si célèbre qu’on le surnommait le « Michel Ange de la France » !

Son enfance

Pierre Puget naît à Marseille le 16 octobre 1620. Son père, Simon Puget est maître maçon. Pierre Puget n’a que deux ans lorsque celui-ci meurt à la suite d’une chute d’échafaudage en octobre 1622. Il est élevé par sa mère Marguerite Cauvin avec ses deux frères : Jean et Gaspard Puget. Alors qu’il a 14 ans, sa mère met Pierre Puget en apprentissage chez maître Roman qui est spécialisé dans la confection de mobilier d’église. Il travaille notamment sur la décoration de l’église Saint-Martin détruite à la fin des années 1880 lors de la construction de l’actuelle rue Colbert.

Son apprentissage entre la France et l’Italie

Vers 1638, à la fin de son apprentissage, Pierre Puget s’installe en Italie. Il séjourne notamment à Livourne, Florence puis Rome. À Rome, Pierre Puget travaille dans l’atelier d’un sculpteur sur bois. Cette expérience lui permet notamment d’intégrer l’équipe de Pierre de Cortone un peintre et architecte de style baroque. Cela lui permet de travailler sur la fin de la décoration du Palais Barberini commandé par le pape Urbain VIII.

De retour en France, Pierre Puget travaille en tant que sculpteur sur bois dans l’atelier de l’arsenal de Toulon. Quelques années plus tard, Pierre Puget commence à être sollicité pour ses compétences en sculpture. Par exemple, Nicolas Fouquet, le marquis de Belle-Île, lui commande les statues du château de Vaux-le-Vicomte en Seine-et-Marne. Il l’envoie ensuite à Gênes pour choisir les meilleurs marbres destinés aux chantiers du roi. Pierre Puget reste à Gênes pendant 7 ans. Il travaille le marbre et se passionne pour cette matière. À cette époque, il réalise des sculptures en marbre destinées au château de Versailles qui lui valent beaucoup d’éloges.

Portrait de Pierre Puget par son fils François Puget.

Pierre Puget devient le Michel-Ange de la France

Pierre Puget revient ensuite à Toulon et assure la direction de l’atelier de sculpture de l’arsenal. Il occupe ce poste pendant 11 ans avant d’être licencié par Colbert et de retourner à Marseille en 1680. Il restera à Marseille jusqu’à sa mort en 1694. De son vivant comme après son décès, Pierre Puget est considéré comme l’un des grands représentants de l’esprit classique français dans la sculpture qui est vraiment devenu son domaine de prédilection même s’il s’est également intéressé à la peinture et à l’architecture. On le surnomme d’ailleurs le « Michel-Ange de la France ».

Statue en l’honneur de Pierre Puget, située à l’entrée du jardin de la colline Puget.

Les grandes œuvres de Pierre Puget visibles à Marseille

À Marseille, sa ville d’origine, Pierre Puget a laissé nombreuses œuvres derrière lui. Nous vous les présentons.

La Vieille Charité

Même si son activité en architecture demeure la moins connue, à Marseille, Pierre Puget a laissé de nombreuses réalisations architecturales dont la plus connue reste la Vieille Charité.

Monument phare du quartier du Panier, la Vieille Charité est aujourd’hui un centre culturel. Deux musées y sont installés : le musée d’archéologie méditerranéenne situé au premier étage et le musée d’arts africains, océaniens et amérindiens situé au deuxième étage. Des institutions de recherche telles que le centre Norbert Elias sont également implantées à la Vieille Charité ainsi que le centre international de poésie de Marseille.

Au départ cependant, la Vieille Charité n’était pas destinée à être construite pour devenir un lieu culturel. L’édifice construit en 1640 devait abriter les pauvres et les indigents de la ville et c’est ce qu’il a fait pendant plus d’un siècle !

Pierre Puget réalise les plans de cet édifice et suit de près la construction de la chapelle jusqu’à sa mort. C’est son fils François Puget qui lui succède. Bâtiment atypique, la Vieille Charité est un exemple de la recherche architecturale très poussée exercée par Pierre Puget.

La maison de Pierre Puget

Lorsqu’il revient à Marseille à partir de 1680, Pierre Puget décide de se construire une maison. Cette maison se situe à l’angle de la rue de Rome et de la rue de la Palud. La maison se compose d’un rez-de-chaussée avec entresol, de deux étages et d’un attique. Très originale pour l’époque, cette maison était censée représenter tout le génie de Pierre Puget. C’est devenu un exemple d’immeuble en forme de proue du XVIIe siècle. La maison était entourée de pilastres doriques et corinthiens. La fenêtre du premier étage s’ouvre sur un balcon. Au-dessus, Pierre Puget avait placé dans une niche circulaire un buste du Christ avec en dessous l’inscription : « Salvator mundi, miserere nobis». (Ayez pitié de nous, sauveur du monde) et juste en dessous : « Nul travail sans peine ».

Pierre Puget s’installe dans cette maison. Dans les années 1690, il se fait construire une bastide sur la colline Fongate. C’est dans cette bastide qu’il s’installe à la fin de sa vie et meurt en 1694. La bastide est partiellement détruite pour permettre le débouchement de l’actuelle rue Fongate.

La maison de la rue de Rome est toujours sur pied. Non classée, cette maison est restée à l’abandon pendant plusieurs années. En 2017, elle est enfin restaurée. Depuis, des associations mobilisées pour sa préservation espèrent l’installation d’un lieu culturel ou même d’un musée dédié à Pierre Puget dans cette bâtisse. Affaire à suivre ! Notez qu’une colonne avec un buste à l’effigie de Pierre Puget réalisé par Dantoine est installée devant la maison depuis 1801.

Reproduction de la maison de Pierre Puget parue dans le numéro 766 du magazine L’Illustration le 31 octobre 1857.

La halle Puget

La halle Puget se situe dans le 1er arrondissement dans le quartier de Belsunce, à proximité de la Porte d’Aix. La construction de cette halle est confiée à Pierre Puget en 1666 afin de remplacer l’ancienne halle aux poissons de la place Vivaux devenue trop petite pour continuer à accueillir correctement le marché.  La halle Puget est divisée en deux. Au XVIIe siècle, elle accueillait d’un côté le marché aux poissons et de l’autre le marché aux viandes.

Pierre Puget a imaginé cette halle à l’image d’un temple antique. Elle est surplombée d’un toit de tuiles maintenu par des colonnes ioniques : 7 colonnes sur la longueur et 5 colonnes sur la largeur. Tour à tour, elle a été transformée en chapelle vers 1880 puis en commissariat de 1925 à 1980. À cette époque, la halle était murée et les colonnes encastrées dans le mur.

D’abord menacée de destruction, la halle Puget est finalement restaurée en 1987. Elle n’aura finalement plus d’utilité jusqu’en février 2022, où elle recommence à accueillir un marché de produits frais trois fois par semaine !

La halle Puget. Crédit photo : Page Facebook de la Ville de Marseille.

La réplique du Milon de Crotone

Parlons un peu architecture ! L’une des sculptures les plus célèbres de Pierre Puget, c’est le Milon de Crotone. Alors ok, cette œuvre ne se trouve pas à Marseille puisqu’elle est exposée à Paris au musée du Louvre. En revanche, il est possible d’en admirer une réplique offerte par le marbrier Jules Cantini à la Ville de Marseille et c’est pour cela que nous la citons dans cet article. La réplique se situe sur le cours Honoré d’Estienne d’Orves.

Le Milon de Crotone est une œuvre réalisée par Pierre Puget à Toulon entre 1671 et 1682. Cette œuvre est commandée par Jean-Baptiste Colbert pour agrémenter le château de Versailles. Cette sculpture illustre la mort de l’athlète grec Milon de Crotone au VIe siècle avant Jésus-Christ. Selon la légende, l’athlète aurait été dévoré par des loups à cause de son hybris (une notion grecque qui évoque la démesure). Il est cependant représenté dévoré par un lion, un animal jugé plus noble et puissant.

Milon de Crotone demeure l’un des athlètes grecs les plus célèbres. Il est devenu légendaire en raison de sa force extraordinaire. C’est probablement pourquoi la postérité se souvient de lui et le représente encore des années après son existence.

Auteur de l'article :
Emma Antosik
Copyright Tarpin bien
Attention ! Les commentaires ne sont pas forcément vus par les établissements et événements. Si vous souhaitez réserver ou acheter des billets, faite le directement via les liens proposés ci-dessus ou en contactant l'établissement. Les commentaires sont publics, par conséquent n'écrivez pas de coordonnées personnelles (téléphone, mail, adresse ...).

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières actus

Une épicerie alsacienne à Marseille !
2 Déc 2022
En savoir plus
L'affaire des empoisonneuses de Marseille
2 Déc 2022
En savoir plus
Carte Collégien de Provence : 150 euros pour se faire plaisir à Noël !
1 Déc 2022
En savoir plus
Les vestiges antiques du boulevard de la Corderie vont être ré-enfouis
28 Nov 2022
En savoir plus
La tradition de la Sainte-Barbe !
27 Nov 2022
En savoir plus
Tentez de remporter un iPhone 14 ou une PS5 avec iFly
27 Nov 2022
En savoir plus
Où sortir à Marseille ce week-end ? (du 30 novembre au 4 décembre 2022)
27 Nov 2022
En savoir plus
L'histoire du café presque centenaire de Marseille !
25 Nov 2022
En savoir plus