Les secrets des oeuvres marseillaises de Jules Cantini

Le 4 Nov 2022Histoire Les secrets des oeuvres marseillaises de Jules Cantini

Célèbre marbrier originaire de Marseille, le nom de Jules Cantini est connu de beaucoup de Marseillais. En revanche, peu de personnes savent derrière quelles œuvres Marseillaises celui-ci se cache ! Pourtant certaines de ces sculptures sont très connues. Nous vous les présentons aujourd’hui !

Qui est Jules Cantini ?

Jules Cantini est un célèbre marbrier originaire de Marseille. Il est né le 2 février 1826. Son père Gaétan Cantini est un maçon d’origine italienne. Il participe notamment à la démolition de l’aqueduc de la place Jules Guesde en 1823 pour permettre la construction de la Porte d’Aix.

Jules Cantini commence sa carrière dans l’atelier de sculpture décorative de son frère aîné Pierre. Il exploite ensuite les carrières de marbre rouge à Vitrolles puis des carrières de marbre en Italie et en Algérie. À la mort de son frère aîné, en 1851, Jules Cantini récupère son atelier et l’installe sur l’avenue du Prado. L’entreprise prospère. Jules Cantini devient de plus en plus célèbre et reçoit de nombreuses commandes publiques et privées. Fortune faite, Jules Cantini devient un grand mécène. À sa mort le 12 décembre 1916, Jules Cantini lègue à la ville et aux hôpitaux de Marseille une trentaine d’immeubles. Parmi ces immeubles se trouve l’hôtel de la rue Grignan qui abrite aujourd’hui le musée Cantini.

Portrait de Jules Cantini par Frédéric Boissonnas et Fernand Detaille.

Les grandes œuvres de Jules Cantini

Jules Cantini a laissé derrière lui de nombreuses réalisations. Voici un petit tour d’horizon de ses œuvres Marseillaises !

La fontaine Cantini de la place Castellane

La place Castellane est un des centres névralgiques de la cité phocéenne. C’est sur cette place que se croisent les deux lignes de métro de Marseille. Elle est également le terminus de ligne 3 du tramway et le point de départ de nombreuses lignes de bus. Bordée de cafés et de restaurants, elle est principalement connue pour la fontaine qui trône en son centre : la fontaine Jules Cantini !

Depuis 1811, la place Castellane accueille en son centre l’obélisque qui se situe aujourd’hui sur le rond-point de Mazargues. En 1908, Jules Cantini écrit une lettre à la Ville de Marseille dans laquelle il informe la municipalité qu’il souhaite ériger à ses frais une fontaine monumentale pour la place Castellane. Le conseil municipal accepte l’offre du marbrier. L’année suivante, l’obélisque est déplacé.

C’est Jules Cantini qui réalise les plans de cette fontaine monumentale. Il confie ensuite sa réalisation au sculpteur André Allar. L’ensemble est réalisé en marbre de Carrare. Cette fontaine représente une allégorie de la ville de Marseille, placée au sommet de la colonne, tournée vers le large. Au pied de la colonne, 4 groupes sculptés représentent respectivement le Rhône, le Torrent ou la Durance, la Source ou l’Huveaune et la mer Méditerranée qui pointe son doigt vers la rade de Marseille. Le député-maire Bernard Cadenat inaugure la fontaine le 12 novembre 1911.

La statue de David

En 1903 Jules Cantini offre à la ville de Marseille une réplique de la statue de David de Michel-Ange réalisée par ses ateliers. C’est la fameuse statue que vous apercevez au bout de l’avenue du Prado lorsque vous arrivez aux plages du Prado. Au départ la statue ne devait pas décorer le rond-Point du Prado.  Elle s’y installe à partir de 1949. Peu de gens savent que cette statue est en réalité la réplique d’une célèbre statue de la Renaissance : le David de Michel-Ange. Du haut de ses 4 mètres, cette sculpture est le repère qui annonce les plages du Prado, la mer et le littoral !

C’est le sculpteur italien Michel-Ange qui réalise la sculpture originale entre 1501 et 1504. Réalisée dans un bloc de marbre blanc de Carrare, la statue représente David un personnage biblique. Il figure une fronde à la main juste avant son combat contre le géant Goliath, le futur roi d’Israël. Initialement, la sculpture originale est placée devant le Palazzo Vecchio à Florence pour symboliser le courage et la détermination de la jeune république de Florence face à un tyran. La statue est aujourd’hui dans la Galleria dell’Accademia de Florence. Cette statue est différente des représentations habituelles de David. Habituellement, les artistes représentent le combat entre David et Goliath plutôt que David, seul avant son combat.

La statue de Saint-Pierre et Saint-Joseph à Notre-Dame de la Garde

Les statues de Saint-Pierre et de Saint-Joseph figurent parmi les sculptures remarquables que l’on peut admirer au sein de la basilique Notre-Dame de la Garde. Jules Cantini a d’ailleurs participé aux travaux de construction de la célèbre Bonne-Mère ! Il réalise ensuite les deux statues de Saint-Pierre et Saint-Joseph et en fait don pour le décor de la basilique.

Saint-Pierre est l’un des premiers disciples de Jésus. Parmi les 12 apôtres de celui-ci, Saint-Pierre avait une place privilégiée. Après la mort de Jésus, Pierre est devenu l’un des dirigeants majeurs des premières communautés paléochrétiennes. Il devient le premier évêque de Rome et fonde à ce titre la primauté épiscopale. Pour devenir pape, ses successeurs doivent être reconnus par l’Eglise Catholique comme successeur de Pierre. Il a fait l’objet de nombreuses œuvres artistiques. Jules Cantini le représente ici tenant dans sa main la clé du paradis.

Saint-Joseph est l’époux chaste de Marie. La tradition chrétienne le vénère et le représente comme le père nourricier du Seigneur et le gardien de la Sainte-Famille. Jules Cantini le représente portant un lys blanc marial, symbole de pureté et de virginité.

L’escalier monumental du Palais de la Bourse

Le Palais de la Bourse qui abrite aujourd’hui la Chambre de Commerce est un édifice qui date de 1860. C’est l’un des premiers édifices du Second Empire construit à Marseille. La construction du Palais de la Bourse marque le point de départ d’une grande vague de construction d’édifices publics à Marseille ordonnée par l’empereur lui-même.

L’architecture extérieure comme intérieure du palais est particulièrement remarquable. C’est à Jules Cantini que l’on doit la construction de l’escalier monumental en marbre de Carrare. À cette époque, Jules Cantini, âgé de 34 ans n’est pas encore très connu. Le 14 février 1860 une lettre l’informe que c’est lui qui devra s’atteler à la réalisation de l’escalier menant au premier étage du palais. Les bâtisseurs du Palais souhaitent donner à cet escalier un aspect solennel.

Jules Cantini réalise un escalier très sobre en marbre, entouré de part et d’autre de balustres en marbre gris clair. Deux grandes toiles (2,90 mètres par 5 mètres) commandées au peintre Alphonse Moutte décorent l’arrivée de l’escalier. L’une d’elles représente le port de Marseille en 1826, l’autre présente un panorama de Marseille vue depuis le Pharo en 1900. La grandeur architecturale de cet escalier contribue à faire du Palais de la Bourse un fleuron du Second Empire !

Auteur de l'article :
Emma Antosik
Copyright Tarpin bien
Attention ! Les commentaires ne sont pas forcément vus par les établissements et événements. Si vous souhaitez réserver ou acheter des billets, faite le directement via les liens proposés ci-dessus ou en contactant l'établissement. Les commentaires sont publics, par conséquent n'écrivez pas de coordonnées personnelles (téléphone, mail, adresse ...).

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières actus

À quoi ressemblera l'aéroport de Marseille dans quelques années ?
25 Jan 2023
En savoir plus
Où sortir à Marseille ce week-end ? (du 25 au 29 janvier 2023)
24 Jan 2023
En savoir plus
iFly met à l'honneur le sport féminin
23 Jan 2023
En savoir plus
Une pizzeria institutionelle en plein coeur de Marseille
21 Jan 2023
En savoir plus
Le résumé des actus de la semaine (du 16 au 21 janvier 2023)
20 Jan 2023
En savoir plus
Le premier supermarché coopératif de Marseille se situe à deux pas du Vieux-Port !
18 Jan 2023
En savoir plus
Benoît Payan annonce les grands projets pour Marseille en 2023
17 Jan 2023
En savoir plus
La rafle de Marseille
17 Jan 2023
En savoir plus