On a classé les transports à Marseille du plus claqué au plus zbob !

Le 23 Mar 2022ActuBons plansTipsUs et coutumes On a classé les transports à Marseille du plus claqué au plus zbob !

Circuler à Marseille est une aventure dont la difficulté peut aller de « pénible » à « supplice des enfers » selon le mode de transport que vous choisissez. Le Tarpin Bien a fait le point et a classé pour vous les moyens de transports à Marseille les plus usités à Marseille du pire au moins pire.

10 – La voiture

C’est rien de dire que la ville de Marseille est peu adaptée à la circulation en voiture. Si l’on ajoute à ça la monomanie de la nouvelle mairie pour la piétonnisation, autant dire que la praticité de la bagnole en ville ne va pas aller en s’améliorant . Salons encore un peu l’addition avec l’enfer absolu du stationnement et les tarifs exorbitants des parkings. C’est fini la belle époque où l’on pouvait se créer sa place « à la marseillaise » depuis l’arrivée des « Scancars ». Ces voitures claquent des PV plus vite qu’une aristotélicienne qui enchaîne les clilles sur le jarret.

L’arrivée du Forfait Post Stationnement quant à lui fut un tour de magie qui a consisté à prendre les amendes de 35 euros pour stationnement gênant et à les transformer en amendes de 135 euros pour stationnement TRÈS gênant. Vous avez saisi la nuance ? Non ? Bon, fin du game pour la charrette de toute façon.

De plus, la voiture ça pollue et ça détruit la planète. Il paraîtrait même qu’une loi va bientôt passer qui obligera les automobilistes à porter un t-shirt sur lequel sera écrit « Je suis une sale merde qui tue les ours polaires ». Les piétons seront autorisés à leur donner des coups de pied et à leur cracher dessus. Si, si ! L’info est à vérifier quand même.

  • Le petit plus : Si vous avez du temps à perdre vous pouvez profiter de votre embouteillage dans un environnement tout confort avec clim et radio.
  • La douille : Y a-t-il vraiment besoin d’en rajouter ?
  • Le tarpin conseil : Vous pouvez augmenter votre plaisir de faire chier le monde si vous faites l’acquisition d’un SUV. C’est cher mais l’investissement en vaut la peine.

09 – Le bus

Le bus à l'envers au Cité des Arts de la rue dans le 15e à Marseille

Vu le développement timide et parfois comique (on y reviendra) des lignes de métro à Marseille, l’option bus semble à première vue la solution idéale. Mauvaise idée. Car pour entrer dans l’univers fabuleux des bus à Marseille il va falloir développer une science.

La première difficulté consistera donc à connaître l’horaire du bus. Pour cela il va falloir faire un calcul à partir de l’horaire inscrit sur l’arrêt de bus, l’horaire du site de la RTM et celui indiqué sur l’application de la RTM. Hélas, cette formule je ne peux pas vous la livrer pour la simple et bonne raison que je ne la connais pas. La légende raconte que seul Benoît Payan la possède. Elle lui aurait été transmise par Michèle Rubirola qui la tenait elle-même de Jean-Claude Gaudin. Elle se transmet d’échevin en maire depuis des générations un peu comme les codes de l’arme nucléaire pour les présidents de la république. Même Martine Vassal pourtant à la tête de la métropole en charge des transports est exclue du secret. En revanche je peux vous donner un indice : une fois les trois horaires réunis, vous pouvez les exclure de l’horaire de passage véritable du bus.

Ensuite, si vous avez la bonne idée de vouloir vous rendre à un événement qui attire beaucoup de monde, il y a fort à parier que le nombre de bus aura été divisé par deux, voire la ligne supprimée complètement pour l’occasion. Coutume locale.

Enfin, si vous optez régulièrement pour ce moyen de transport, un jour vous vous rendrez à l’arrêt de bus et vous y serez seul. Vous attendrez. Encore. Puis à force de glander sur votre téléphone, vous tomberez sur une brève de La Provence expliquant que suite à une agression, les chauffeurs de bus ont choisi d’exercer leur droit de retrait, par conséquent aucun bus ne circulera aujourd’hui à Marseille. Il va falloir vous résigner à dire adieu à ces 25 minutes coincé entre ce mec qui s’est frotté toute la nuit avec des écureuils morts, cette fille qui hurle à sa copine au téléphone que son « crush » ne l’a pas respectée – le respect c’est important – et cet altruiste qui collectivise son abonnement Spotify via une enceinte connectée avec une sélection de musiques locales principalement axée autour de Jul. Le J c’est le S.

Non en reste lorsqu’il s’agit de faire des tours de magie, la RTM s’est débrouillée pour annoncer le ticket le moins cher de France il y a quelques temps pour arriver très vite au bout de quelques années au ticket le plus cher de France. Les tarifs deviennent étrangement assez avantageux si vous prenez un abonnement à l’année. À mon avis c’est un piège.

  • Le petit plus : La fierté de sauver l’habitat naturel des baleines en ayant fait le choix de l’écomobilité. Ce sentiment peut être décuplé si le bus est de couleur verte et floqué « 100% électrique ».
Bus 100% électrique à Marseille
  • La douille : Quand vous entrez dans le bus et que vous dites « bonjour » : le flegme du conducteur qui vous regarde comme si vous veniez de lui mettre une olive.
  • Le Tarpin Conseil : En restant vers l’avant vous aurez une chance de tomber sur un papy qui raconte sa vie et contre toute attente c’est souvent intéressant. Le temps passe plus vite et vous aurez une belle histoire à raconter.

08 – Le métro

Le métro à Marseille

Sur le papier, le métro c’est vachement bien. Rapide, pas d’embouteillages et bon marché. Seulement voilà, à Marseille, le métro on n’y a pas cru. Probablement que l’on n’avait pas assez de recul, on a donc cru à un complot à l’époque. Du coup nous voilà avec 2 pauvres lignes qui se battent en duel. Littéralement d’ailleurs à la vue du tracé. Ces 2 lignes totalisent à elles deux 23km. À titre de comparaison le métro de Paris compte 225 km de lignes pour une surface 2 fois et demi plus petite. Mais ici c’est pas la capitale, c’est Marseille bébé.

Plan du métro de Marseille

On pourrait penser que l’agrandissement des lignes de métro pourrait améliorer la situation, mais là encore ce n’est pas un plan qui se déroule sans accroc. Entre 2014 et 2019, la nouvelle station Gèze toute fraichement créée est restée inaccessible aux voyageurs car le matériel de signalisation qui y avait été installé n’était pas compatible avec le reste du réseau. Vous avez bien lu. Le problème a été réglé depuis et la station est maintenant opérationnelle. Mais il est clair que si Mr Bean reste en charge des projets d’agrandissement, il vaut mieux ne pas compter dessus tout de suite.

La conséquence de tout ça est que sauf si votre point de départ et votre destination se trouvent à proximité d’une station de métro, ce qui a autant de chances d’arriver qu’une finale OM – Endoume en ligue des champions, il va falloir combiner avec le bus et donc cumuler les douilles relatives à chacun de ces moyens de locomotion.

  • Le petit plus : C’est avec les gravats générés par la construction du métro marseillais qu’ont été créées les plages du Prado. Cela ne change rien mais vous voilà détenteur d’une bonne anecdote à placer lorsque vous voyagez à plusieurs.
  • La douille :  Je ne sais pas quel fils de Satan daltonien a fait le design couleur des rames à l‘époque mais je lui souhaite de se cogner l’orteil dans une table basse tous les matins. Heureusement le combo marron-orange dégueu disparaîtra bientôt au profit d’un blanc – marron clair peu original mais moins abrasif pour les yeux.
Le métro à Marseille
  • Le Tarpin Conseil : Prévoyez des écouteurs et restez à distance des fadas.

07 – Le tramway

Le tram à Marseille

Le tramway est plus sympa que le métro en ce sens que vous pourrez profiter un peu de la vue lors des trajets. En revanche, il est plus lent. À part cela, peu de différences notables avec le métro vu qu’une bonne partie du tracé est identique.

Cartographie du doublon tram/métro à Marseille

Difficile d’imaginer qu’au début du XXème siècle Marseille était LA ville du tram avec une centaine de lignes.

  • Le petit plus : une fois de temps en temps, vous aurez le plaisir de percuter un piéton qui traverse avec ses AirPods sans regarder.
  • La douille : S’il n’y a pas trop de monde, vous pourrez vous assoir sur un siège dessiné pour être le moins confortable de l’histoire de l’assise. En même temps, si personne ne nous avait dit que c’était fait pour s’assoir dessus on ne l’aurait pas deviné. Les fakirs et les ostéopathes valident.
Le tram à Marseille
  • Le Tarpin Conseil : Si il y a une manif ou n’importe quel événement prévu en ville, changez de plan.

06 – Le bateau

L'arrivée du Belem à Marseille

C’est le moyen de transport le plus agréable à Marseille. À tester au moins une fois, ne serait-ce que pour la vue exceptionnelle sur le littoral. En revanche s’il pleut, qu’il y a du vent et/ou de la houle, c’est la gerbe assurée.

En haute saison, une navette maritime vous permet d’aller de l’Estaque aux Goudes en passant par le Vieux Port et la Pointe Rouge. La palette de destinations est assez limitée mais il est assez logique de ne pas y voir figurer Château Gombert. Le tarif par contre est moins limité et il vous en coûtera 5 euros pour une traversée partielle et 8 pour la complète. (Sauf si vous êtes titulaire d’un abonnement ou d’un pass RTM).

Reste la solution du bateau perso qui va vous coûter une vie à acheter, stocker, entretenir et réparer pour finalement le sortir 2 fois l’été et galérer à le revendre 3 ans après pour la moitié du prix d’acquisition. Sans compter que vous ne pourrez pas vraiment vous déplacer avec vu qu’il n’est pas tellement possible de venir vous caler au Vieux Port et de l’accrocher avec un U à l’ombrière le temps d’aller commander un domac.

  • Le petit plus : Efficace pour pécho.
  • La douille : Efficace pour pécho SI ET SEULEMENT SI vous n’avez pas le mal de mer.
  • Le Tarpin Conseil : venir avec sa bouée et du fil de 12 et se faire tracter le long du littoral. (Pour ceux qui envisageraient vraiment de le faire : ne le faites pas).

05 – Les claquettes

La mode claquettes-chaussettes

Sans aucun doute le moyen de transport le plus écolo et le moins cher de toute la liste. (Selon la marque des claquettes). En outre, se déplacer à pinces peut se révéler fort agréable à condition qu’il n’y ait pas de pluie ni de mistral. Le coté obscur de cette option est que Marseille est une grande ville. TRÈS grande. Un estranger mal averti et peu attentif aux échelles peut vite se retrouver dans un trek de l’enfer à mendier bouteilles d’eau et Biafine.

Utile donc pour les trajets modestes. Genre Vieux Port – Vieux Port par exemple.

  • Le petit plus : À Marseille, en claquettes-chaussettes on ne passe pas forcément pour un touriste allemand.
  • La douille : Déconseillé aux femmes seules la nuit sauf si vous êtes en quête du prince charmant.
  • Le tarpin conseil : téléchargez une application qui compte les pas pour être fier de vous à la fin de la journée.

04 – Le taxi/VTC

Taxi Marseille

Le choix du confort et de la sécurité par excellence. En plus, l’arrivée des applications mobiles a signé l’arrêt des courses d’une heure à 250 euros pour faire Le Mucem – La Major : « Vous inquiétez pas je connais un raccourci ma p’tite dame ». Fini aussi « La machine est en panne mais on va s’arrêter à un distributeur ». Mais il faut aussi reconnaître que l’âge d’or du « Bonsoir monsieur, souhaitez-vous une bouteille d’eau ou un bonbon afin d’égayer un peu plus ce voyage merveilleux ? » a progressivement laissé place à « Chef ça vous dérange pas si il y a mon cousin à l’avant ? Comme ça je mets votre valise sur ses genoux j’ai les agglos du chantier de mon autre cousin dans le coffre. Chef, vous mettez 5 étoiles s’il vous plait ? » J’ai mis 5 étoiles.

  • Le petit plus : tomber sur un chauffeur excentrique qui fait des blind test.
  • La douille : le temps passé à actualiser l’application quand les tarifs s’envolent à cause de la demande.
  • Le Tarpin Conseil : à utiliser avec parcimonie si vous voulez éviter la dépression à la fin du mois car si le prix n’est pas en décalage avec le service, c’est pas gratos non plus.

03 – Le vélo

Le vélo Marseille Provence Métropole

Lorsque Paris a claqué plusieurs milliers d’euros pour trouver et déposer le nom « Vélib », à Marseille on a préféré économiser et appeler ce service « Le vélo ». Quoiqu’il est fort probable qu’une ou plusieurs personnes à Marseille aient touché du pognon pour avoir trouvé ce nom si original.

Alors prenez un Le Vélo. Une fois que vous aurez sué sang et eau pour monter le quintal du Le Vélo à moitié déglingué en haut d’une colline (Marseille c’est un peu San Francisco), vous allez devoir redescendre car il n’y a pas de station en hauteur. Sinon des petits malins descendent en Le Vélo et remontent autrement. Le service doit alors remonter des Le Vélo en camionnette pour réapprovisionner les stations. Vous redescendez donc et après avoir fait 2 ou 3 stations pour en trouver une libre et déposer votre Le Vélo, vous allez avoir la bonne idée d’acheter votre propre vélo, pour vous affranchir du Le Vélo. L’économie, le sport, l’écologie, tout ça.

Vous le laisserez attaché dans la cage d’escalier de votre immeuble et après l’avoir retrouvé sans roue, sans selle, sans vélo, ou après avoir déchiré les mots de vos voisins et du syndic mentionnant le fait que la cage d’escalier n’est pas un garage à vélo, vous déciderez de remonter votre bécane chez vous par l’escalier. Deux semaines plus tard elle finira là où le destin eut prévu qu’elle échoue : sur Le Bon Coin à moitié prix.

  • Le petit plus : vous êtes à quelques doses d’EPO de vivre un peu le Tour de France.
  • La douille : La sensation de faire du kart sur l’autoroute lorsque vous prenez certaines pistes cyclables, qui à Marseille n’ont de cyclable que le nom.
  • Le Tarpin Conseil : Lorsqu’une piste cyclable jouxte un trottoir, roulez sur le trottoir c’est moins dangereux. Ne vous inquiétez pas pour les piétons ils sont sur la piste cyclable.

02 – La moto / Le scooter

Circuler en moto à Marseille

Il va sans dire que cette partie concerne les scooters et petites motos. Si vous avez envisagé d’acheter une R1 pour circuler dans Marseille vous devriez penser sérieusement à aller consulter.

Sinon, l’investissement dans un scoot’ vous semblera certainement être le meilleur investissement de votre vie. Suffisamment puissant pour parcourir des distances moyennes et suffisamment fin pour gratter les embouteillages et pour vous garer. C’est également un moyen de transport relativement économique et peu bruyant. Sauf si vous vous prenez au jeu et commencez à installer une ligne Akrapovic, un vario Malossi et toute autre modification qui

  • 1/ Fera de vous un casse-burnes de l’espace pour les voisins
  • 2/ Vous fera passer plus de temps au garage que sur la route et
  • 3/ Vous inscrira d’office au casting des Marseillais contre les Ch’tis à Mykonos.

Mais si vous ne succombez pas au chant des sirènes du tuning low-cost. Vous ne regretterez pas cet investissement qui en plus fera de vous le nouveau Lorenzo Lamas de la Corniche.

  • Le petit plus : une vieille coutume locale ancestrale autorise le déplacement à trois sans casque sur un 50cc à condition d’appeler l’agent de police qui vous contrôle « chef » . (Non)
  • La douille : En hiver, sur une meule, ça meule. Prévoyez donc un équipement chaud pour la saison froide. Vous pouvez aussi investir dans des manchons et un tablier, ce qui vous donnera un look de fisdep’ de start-uppeur mais ça s’assume bien.
  • Le Tarpin Conseil : Choisissez un modèle peu apprécié des voleurs et investissez dans un bon antivol. Ne lésinez pas non plus sur les équipements de sécurité : gants et veste avec protections, etc. L’été évitez le combo t-shirt – short – claquettes sauf si vous voulez vraiment vous transformer en pizza.

01 – La trottinette électrique

Les trottinettes Lime à Marseille

À la belle époque, on pouvait trouver des trottinettes électriques de location en libre-service de plusieurs marques un peu partout dans Marseille. Hélas, celles-ci ont mal supporté le climat et ont eu une fâcheuse tendance à se suicider dans le Vieux Port. La mairie a donc décidé de ne garder que les moins dépressives qui par chance étaient aussi les plus lucratives pour la ville. Depuis, on en trouve moins mais elles restent un moyen de locomotion très pratique et il existe depuis peu un système de vélos électriques équivalent.

Autre option : faire l’acquisition d’une trottinette électrique personnelle qui à condition d’y mettre un peu les moyens comblera tous vos désirs d’Homo Urbanus.

  • Le petit plus : Depuis la démocratisation des trottinettes électriques en ville, vous ne passez même plus pour un bobo parisien à qui l’on aurait bien jeté des rascasses.
  • La douille : alors que vous descendez le boulevard Notre Dame en roue libre tout en appréciant l’air qui fait virevolter vos tifs, vous avez une chance non nulle de percuter un véhicule, de voler (pas longtemps) et de voyager plus vite que prévu à la Timone.
  • Le Tarpin Conseil : Si vous vous organisez bien, vous pouvez recharger votre trottinette au travail et ainsi ne jamais payer l’énergie qui vous meut. Ce conseil fonctionne aussi bien chez des amis, pour cela il vous suffit d’arriver avec votre figure de pain sucé en disant : « Je suis low batt’ là, ça t’embête si je recharge ma trott’ ? ». Et bim ! 0,4 Kilowatt-heure dans la poche ! Vous faites ça encore 62 fois et vous avez économisé l’équivalent de 2 bouteilles de Ricard ou 18 chichis à l’Estaque !
Auteur de l'article :
Mathias Pujade
Copyright Tarpin bien
Attention ! Les commentaires ne sont pas forcément vus par les établissements et événements. Si vous souhaitez réserver ou acheter des billets, faite le directement via les liens proposés ci-dessus ou en contactant l'établissement. Les commentaires sont publics, par conséquent n'écrivez pas de coordonnées personnelles (téléphone, mail, adresse ...).

4 Commentaires

  1. Nora

    Merci pour ce moment de rigolade
    Ah Marseille je t aime quand même !!

    Réponse
  2. Tosello Anne Marie

    Merci pour ce bon moment, j ai ri ou souri tout le long, et c’est tellement vrai !!

    Réponse
  3. D ANDRÉA

    Pour le métro vous oubliez qu’il a presque 50 ans et qu’il est encore dans le jus de l’époque. Je rentre de Paris, l’intérieur de certaines nouvelles rames est gris bleu. C’est d’un triste à mourir, et en plus les gens sont tristes. On dirait que le métro transporte des cadavres !!!
    Je suis OK pour les sièges des tramways. C’est pour vous obliger à ne pas y rester longtemps, des fois que vous feriez des balades aller-retour !!

    Réponse
  4. Marie José Llao Curto

    Bonjour. J’ai commencé ma journée en joie en lisant votre article. Merci.

    Réponse

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières actus

La mobilité s'accélère à Marseille !
5 Oct 2022
En savoir plus
Découvrez les métiers du BTP avec Euroméditerrannée
5 Oct 2022
En savoir plus
La municipalité de Marseille demande l'encadrement des loyers
3 Oct 2022
En savoir plus
Où sortir à Marseille ce week-end ? (du 5 au 9 octobre 2022)
3 Oct 2022
En savoir plus
COUPE DU MONDE DE FOOTBALL 2022 : La Ville de Marseille ne diffusera pas les matchs sur écran géant
3 Oct 2022
En savoir plus
Les secrets de l'Hôtel-Dieu !
30 Sep 2022
En savoir plus
5 anecdotes sur Bernard Tapie
30 Sep 2022
En savoir plus
Où sortir à Marseille en octobre 2022 ?
29 Sep 2022
En savoir plus